Principe de la pyrogazéification

Principe du décapage thermique par pyrogazéification

 

Le principe de la pyrolyse et de la gazéification est connu et mis en œuvre depuis des siècles : production de charbon de bois par pyrolyse au XIXe siècle, production de « gaz à l’eau » par gazéification au début du XXe siècle pour l’éclairage urbain, gazogènes équipant les moteurs de véhicules pendant la Seconde Guerre mondiale.

 

Description du Traitement thermique par pyro-gazéification du brai de houille et des primaires présents

La pyrolyse est la décomposition des composés organiques des polluants, peintures, vernis, colles, caoutchouc, graisse, brai de houille, etc, par la chaleur pour obtenir d’autres produits (gaz et matière), la pyrolyse de la houille produit comme matière solide du coke.

L’opération est réalisé à basse température : 380 à 420° et à un très faible taux d’oxygène : entre 8 et 11 %, pour éviter l’oxydation et la combustion, l’opération ne produit donc pas de flamme évitant ainsi la production de goudron et de fumée.

La pyrolyse est une transformation thermique de la matière par déshydratation, par décomposition chimique des molécules. (Le charbon de bois est produit par pyrolyse depuis l’antiquité)

 

En détail
• Le séchage permet d’éliminer l’humidité présente dans le composé organique. Cette phase dite endothermique se déroule dans une plage de températures comprises entre 100 et 160° C.

• La pyrolyse transforme le combustible en carbone appelé coke ou encore plus connu sous le nom de charbon. Cette phase débute à partir de 300° C et produit

– des gaz de vapeurs non condensables qui sont le monoxyde de carbone CO, le dioxyde de carbone CO2, le méthane CH4, l’hydrogène H2.

– des gaz de vapeurs condensables qui sont l’eau H2O et les GOUDRONS

 

 

Le mélange gazeux résiduel est craqué à la flamme vive entre 850 et 1200° dans une chambre de post-combustion, cette opération de craquage réduit les molécules chimiques des résidus gazeux. Il ne reste plus qu'un résidu cendré.

Les fumées, en sortie de chambre de postcombustion, sont traitées (neutralisation, dépoussiérage, de Diox) par des dispositifs conventionnels (système d’épuration des fumées par voie sèche). Ce type de dispositif, permet de satisfaire à l’ensemble des normes d’émissions en chlore, souffre et métaux lourds.

Les métaux ainsi traités ; exempts de tout matière organique et donc de déchet toxique ; sont valorisés dans le circuit traditionnel de retraitement des métaux, le cout de leur revente vient en déduction de la prestation.

Postcombustion

 

Ce traitement par pyro-gazéification ne s’applique qu’aux métaux exempts d’amiante, les brais de houille ne sont pas chimiquement bien définis, une analyse de leurs compositions par un laboratoire certifié vous sera demandée.

 

Moyens

Deux fours Stuntz, capacité intérieure : longueur 6 métres, largeur 2.40 m, hauteur 2.60  m